Niki de Saint Phalle, sa vie, son oeuvre racontée par Elisabeth Reynaud

Nikidesaintphalle-elisabethraynaud

Comment ne pas éprouver autant d’émotion que d’empathie à la lecture de la biographie que consacre Elisabeth Reynaud à Niki de Saint Phalle ? Cette grande artiste a vécu une vie aux abords luxueux, car elle vient d’une famille au pedigree impressionnant vivant entre la France et les Etats-Unis. Un monde cultivé, élégant mais qui cache des horreurs. Frappée par sa mère, violée par son père, Agnès de Saint Phalle ressuscitera en Niki de Saint Phalle dans la douleur et le doute constant.

afficheniki2

Domptant sa difficulté de vivre par son génie créatif, elle s’est imposée parmi les grands artistes du siècle écoulé. Plasticienne, peintre, sculptrice, réalisatrice de films, elle affirmait : « Je suis parvenue à apprivoiser mes monstres, à jongler avec eux. » Mais qui fut vraiment la femme derrière l’artiste, elle qui disait vouloir « faire saigner la peinture » ?

uSsg12urM_E6269x8IalRzok5WI

Élisabeth Reynaud retrace le destin d’Agnes de Saint Phalle, future Niki (Neuilly-sur-Seine, 1930 – San Diego, 2002). Elevée à New York, elle débute comme mannequin avant d’élaborer avec détermination une œuvre protéiforme, radicale, d’une grande vitalité : les célèbres Nanas, le Jardin des Tarots, la Fontaine Stravinsky…

Ce livre est à lire et à offrir.
Elisabeth Reynaud : Niki de Saint Phalle / « Il faut faire saigner la peinture »
biographie disponible en librairie

En bonus, on écoute Elisabeth Reynaud parler de son livre :

Plus d’infos : http://www.editionsecriture.com/livre/niki-de-saint-phalle/

Prussian Blue, une revue d’art à l’écart

COUVERTURE

Bonheur, le nouveau numéro de Prussian Blue nous est arrivé avec son papier splendide, ses photos qu’on voudrait encadrer, et ses textes de spécialistes. Nous sommes ici en territoire exigeant, esthète, et super intéressant. Loin de l’actualité, de la publicité, Prussian Blue creuse sa différence, et dévoile que tout reportage pas évident au premier abord peut s’avérer un choc grâce au talent de l’équipe. Prussian Blue révèle des chemins de traverse, et se déguste page après page. Au contraire de nombre de magazines féminins qui s’avalent en dix minutes.

Barbara Opsomer par Henry Roy 1

Fidèle à sa ligne d’ouverture vers international, Prussian Blue présente dans ce numéro 7 la collection privée de Robert Kaplan, à Naples ; un état de la photographie iranienne, à travers l’interview d’Anahita Ghabiaian Etehadieh, directrice de la Silk road gallery de Téhéran ; un fétichisme très japonais pour le lycra, le zentaï. Prussian Blue accompagne également la création contemporaine en produisant et publiant des séries photographiques inédites, dont cellede l’actrice et chanteuse Barbara Opsomer qui s’est prêtée au jeu du modeling à l’Hôtel Pullman Eiffel avec Henry Roy.

à lire ! Le numéro 7 vous attend dans les kiosques presse.

PHILIPPE_GRANDRIEUX_P64-65

Le couturier Sacha Walsckhoff inspiré par le mythe du Minotaure.

2014_01_12_Sacha_Walckoff-45

On est très fan du travail de Sacha Waclkhoff, couturier chez Maison Christian Lacroix, qui en marge de la mode, mène une carrière de designer et d’artiste très intéressante, qui permet de découvrir ses sources d’inspiration. En plus de son appartement cabinet de curiosité, modèle du genre souvent vu dans les magazines, il s’est inspiré du thème du Minotaure pour créer des porcelaines précieuses à découvrir à la Galerie Gosserez pendant trois semaines du 30 janvier 2014 au 22 février 2014.

http://www.galeriegosserez.com

Galerie Gosserez
3 rue Debelleyme, 75 003 Paris

Minotaures

Prussian Blue, une revue d’art dense et de qualité !

prussianblue

A l’occasion du quatrième numéro, nous vous proposons de découvrir Prussian Blue, belle revue exigeante sur l’art, conduite par le photographe Guillaume de Sardes. Prussian blue est un magazine d’art trimestriel dédié aux happy few. Sa ligne éditoriale est singulière : montrer au public ce qu’il ne voit pas d’ordinaire. Le magazine Prussian Blue propose une vision décalée de l’art au croisement de la création contemporaine et de la mode, mais aussi, par goût des contrastes, du classicisme le plus élégant. De la tenue donc, mais avec une pointe d’excentricité.

prussianblue4

Au sommaire de ce quatrième numéro, nous découvrons l’atelier du jeune peintre allemand Tim Eitel. Tim Eitel est considéré comme l’un des peintres figuratifs les plus importants de sa génération, de longs entretiens avec André S. Labarthe et Philippe Grandrieux pour la rubrique cinéma, un article sur la liturgie cosmique de Le Corbusier pour la rubrique architecture, et des photos inspirés d’Antoine d’Agata (membre de la mythique agence Magnum), ainsi que de Nicolas Comment et Guillaume de Sardes qui ont photographié deux jeunes comédiennes Barbara Opsomer et Régina Demina.

Prussian Blue #4 – Shooting Barbara Opsomer par Nicolas Comment from Prussian Blue on Vimeo.

Conformément à cette ligne, Prussian Blue s’attache à offrir des repères aux lecteurs, donnant accès aux ateliers des artistes, expliquant leur travail, informant de tout ce qui touche au marché de l’art, des collections privées aux ventes publiques. Une place particulière y est faite à la photographie contemporaine avec un parti pris : défendre la nouvelle vague parisienne. C’est pourquoi le magazine, à côté de photographes comme Richard Kern ou Juergen Teller, accueille régulièrement Christophe Acker, Giasco Bertoli, Nicolas Comment, Julien Levy ou Henri Roy qui partagent avec Guillaume de Sardes le goût de l’intime et de l’errance enchantée.

Pour juger, retrouvez des renseignements et des interviews bonus sur le site du journal : www.prussianblue.fr
prussianblue5