Hoze, notre sélection pop, avec Je danse sur les toits

Hoze 32

Hoze va vous mettre en joie, on prend les paris ! La jeune musicienne sort Je danse sur les toits, à retrouver sur son premier EP simplement appelé Hoze. Une belle découverte d’été.

Je danse sur les toits, le premier titre de Hoze, est un tube pop en français, mélodique et sucré.

Hoze 22

Hoze – Dans la tete des filles

Hoze est une chanteuse Parisienne originaire de l’Oise. Carine Erseng, son vrai nom, est née en 1980, elle apprend la musique toute seule, écrit ses premières chansons à neuf ans et découvre la scène avec ses camarades de classe à douze. A dix-huit ans, elle arrête ses études pour monter à Paris. Les chansons de Zazie, Camille, Mathieu Boogaerts, le groupe Muse ou Juliette accompagnent son quotidien. Avec l’aide de Michel Boulanger et de Marc di Domenico, Carine Erseng enregistre enfin son premier album, La Vitesse Supérieure (2008), accompagnée du contrebassiste Martin Gamet, du batteur Jacques Tellitocci, des guitaristes Fred Loizeau et Hervé Legeay, et des claviéristes Hervé Courty et Philippe Heurteaut. Aujourd’hui, elle de retour avec le projet Hoze et sa pop charmante et sucrée, ultra catchy.

Voici le clip de Je danse sur les toits :

En 2008 elle fait son propre Olympia, devant une salle comble, ce qui lui a permis de signer un contrat chez Polydor/Universal sous le nom de Carine Erseng. Elle refera plusieurs fois cette salle mythique, cette fois-ci en première partie d’artistes comme Diana Krall, Maurane… Elle est l’invitée de plusieurs émissions de radio et de télévision comme le Journal d’RTL, le Grand Studio d’RTL, Vivement dimanche, 100 % Mag etc …Hoze a toujours aimé les challenges , c’est une boule d’énergie qui aime à dire que chaque jour, une nouvelle page s’écrit…En musique !

Hoze Sortie de l’EP Hoze Disponible le 15/07/2020 chez Ovni Productions Hoze sur Facebook

Hoze 12

Hoze – Carine Erseng

Yael Naim sort un monument de douceur avec Nightsongs

Yael Naim - Nightsongs

Yael Naim – Nightsongs

Yael Naim revient avec un album apaisé composé la nuit : Nightsongs. Cinq ans après “Older”, la chanteuse franco-israélienne Yael Naim revient avec “NightSongs”. Un album dont le voyage intérieur mène vers des moments d’émotion d’une beauté absolue

Le nouvel album de Yael Naim agit comme un baume en cette période de confinement, d’isolement et d’inquiétude. Un opus qu’il faut prendre le temps d’écouter, pour en goûter toutes les saveurs et les nuances

YaelNaim-Shine

Pour l’album Nightsongs, Yael Naim n’a pas fait affaire à son compagnon David Donatien pour la conception de cet opus qui se veut bouleversant et intimiste. La chanteuse et musicienne franco-israélienne expose ses états d’âme où elle traverse un ascenseur émotionnel entre maternité et mort. C’est avec des titres minimalistes et poignants que l’on a affaire avec « Daddy » qui ouvre le bal et qui reflète le décès du père de l’artiste mais encore « How Will I Know » et « The Sun » que l’on a affaire.

Voici le clip de Shine :

« Nightsongs était mon rêve. Le rêve de ralentir, d’écouter la petite voix à l’intérieur de moi-même. Trois ans à créer seule, vivant des moments difficiles, beaux et puissants. Nightsongs sort pendant cette période très particulière et d’une certaine manière tout cela prend sens. Je le partage avec vous avec tout mon amour et toute ma force. » Yael Naim

Yael Naim - Shine (Official Video)

Yael Naim – Shine (Official Video)

Conçu comme un voyage intérieur, son nouvel album « nightsongs » séduit par ses envolées vocales , sa poésie, son naturel. Yael Naim nous met sur la piste de son aventure musicale la plus personnelle. En février dernier, Yael Naim revenait sur les ondes avec une nouvelle chanson Shine. Voix douce, rythme lent, elle invite à un voyage immobile, à un rêve éveillé en terre onirique. Cette fois-ci, nous pouvons écouter tout l’album sur les plateformes, et on est pas prêt de le lâcher.

Pour écouter l’abum Nightsongs

Yael Naim - Dans la tête des filles

Yael Naim – Dans la tête des filles

Delphine Coutant hante notre Nuit Philharmonique

Delphine Coutant, La Nuit Philharmonique

Delphine Coutant offre sa folie douce et contagieuse avec l’album La Nuit Philharmonique

Nous sommes tombées en pâmoison pour La Nuit Philharmonique de Delphine Coutant, un cinquième album aussi étrange que surprenant qui emmène dans un voyage au bout de la nuit.

Voilà notre découverte musicale du moment : Delphine Coutant qui transcende avec audace les codes de la chanson française avec sa musique arrangée, habitée, et très personnelle qui pourraient plaire aux fans de Camille et Klô Pelgag. Du charme, de la discrétion, de la délicatesse et du talent, beaucoup de talent. Depuis une quinzaine d’années, Delphine Coutant distille une petite musique qui s’installe en douceur dans nos cœurs et nos esprits.

Delphine Coutant, album

Delphine Coutant, album

Quatre ans après « Parades Nuptiales », cette violoniste de formation revient avec un cinquième album subtilement baptisé « La Nuit philharmonique ». Treize chansons, autant de bijoux mélodiques et poétiques, inspirés par la musique classique, la littérature, le cinéma mais aussi par la nuit et ses mystères, la beauté de la nature et l’amour de son autre métier, Delphine est paludière du côté de Guérande

En écoute, la Nuit Philharmonique :

Interview :
La nuit est très présente sur l’album. Que représente-t-elle pour vous ?

Delphine. Le rêve, le mystère, l’inconnu, toutes nos étrangetés, ce peut être aussi la folie. Elle est pour moi totalement ambivalente : source de peurs mais aussi terrain d’exploration infini.

Quelles ont été les influences pour ce dernier album ?
Delphine. J’ai puisé dans mon histoire mais aussi dans le cinéma et la littérature. J’ai eu besoin de revoir les films de David Lynch, de Bergman, j’ai lu Kafka et Joyce Carol Oates, ainsi que des ouvrages de philosophie et de psychanalyse. Et bien sûr, la nature, dont j’ai tant besoin, m’inspire beaucoup.

La Nuit Philharmonique, Delphine Coutant

La Nuit Philharmonique, Delphine Coutant

Chanteuse, pianiste et violoniste, la Nazairienne Delphine Coutant trouve une fibre nouvelle, plus traditionnelle, dans son cinquième album, La Nuit Philharmoniques. Un univers qu’imprègne un fort sentiment de la nature, auquel l’autre métier de la chanteuse, qui est paludière à Guérande, n’est sans doute pas étranger.

Elle y approfondit son travail sur les timbres si proches de la voix et des instruments à cordes, en donnant aux textes et aux mélodies un écrin, une enveloppe précieuse, tant musicale que visuelle. Pour cet album, Delphine Coutant étoffe ses sonorités avec l’appui de Matthieu Ballet, apprécié auprès de Miossec, Alexis HK, Ignatus, et Thomas Fersen.

En écoute, voici Dehors Tout refleurit :

Vraie originale et nourrie de concepts artistiques qui la font flirter avec l’art contemporain, Delphine Coutant s’est construite un piano flottant, qui va l’entrainer dans une vaste série de concerts dans tous les lieux humides de France : lacs, rivières, mers et océans. A ne pas rater si elle joue près de chez vous.

Toutes les dates sur son site officiel 

Delphine Coutant