Nikki Yanofsky, la maturité soul avec Little Secret

On l’avait connue haute comme trois pommes, là voilà âgée de 19 ans et délaissant quelque peu le jazz où elle excelle pour se frotter à la soul moderne et dynamique. Sa voix est toujours signe d’ahurissement. Elle terrasse, elle libère. Nicole Yanofsky de son surnom « Nikki » est une chanteuse canadienne de style jazz et pop vivant à Hampstead, dans l’agglomération de Montréal, au Québec. L’enfant prodige, digne héritière d’Ella Fitzgerald, présentera son nouvel album « Little Secret » le 12 mai prochain.

Sous la houlette de Quincy Jones, Nikki se métamorphose en Etta James moderne et propose, à 19 ans seulement, une musique au croisement du jazz et de la soul vintage, dégageant une énergie des plus contagieuses.

Nikki_14_(c)ValerieJodoinKeaton_1

Publicités

Yuna, un doux parfum venu d’Asie !

Yuna 2 credit Autumn de Wilde

Protégée des Neptunes, la belle Yuna originaire de Malaisie sort un deuxième album international nommé Nocturnal le 24 mars 2014. La facilité avec laquelle la musique de Yuna franchi les frontières ne devrait pas surprendre… Elle opère une fusion organique universelle entre pop contemporaine, folk acoustique et R&B Soul. Les chansons personnelles de cette artiste ont une charge émotionnelle profonde : mélodiquement irrésistibles, elles sont portées par sa voix attachante et habillées par une production imaginative et singulière qui suscite déjà des comparaisons avec le travail de Feist, Adele ou Norah Jones.

Enregistré à Los Angeles, Nocturnal marque une nouvelle étape pour Yuna développant le travail accompli lors de son tout premier disque — Yuna, 2012 — et son tube « Live Your Life » réalisé par Pharrell Williams. Parmi les onze titres scintillant et originaux de Nocturnal, on trouve : « Falling », un single enivrant de chaleur et produit par Robin Hannibal (de Quadron et du groupe soul-pop Rhye) ; l’effervescent « Rescue », un titre inspiré produit par l’auteur pop anglais Chris Braide ; « I Wanna Go », pétulant et optimiste, avec une production signée Michael Einziger (Incubus) ; et le climat doux-amer, obsédant, de « Someone Who Can », produit par Chad Hugo des Neptunes.

En concert le 26 mars au Point Ephemère